Sélectionner une page

Voici ci-dessous un communiqué de Jean-Paul VINCKIER, conseiller municipal Rassemblement National de Nogent-sur-Seine :

C’était  il y a un an, je participais au dépouillement de la présidentielle à Nogent.  Cette élection  où  Marine recueillit à Nogent 30% des voix au 1er tour et 47% au 2nd. On ouvre une enveloppe, sort un bulletin sur le lequel  le nom de Marine est barré. Au-dessus est inscrit Reccep Tayyip Erdoğan RTE.
Sur le papier, l’électeur est français puisqu’il vote.
Néanmoins sa vraie attache est manifestement la Turquie d’Erdoğan, ce dictateur pour qui «les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats».
Ce bulletin-là comme d’autres est nul évidemment, mais combien de ces français par effraction ont-ils voté Macron? A Nogent en tout cas de quoi fausser le résultat de l’élection.
A l’attention des adeptes de big-other dont la raison d’être est la reconstruction de la réalité façon politiquement correct, j’ai diffusé ce  bulletin de vote sur http://nogentvillefrancaise.unblog.fr/
Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Je viens de diffuser l’article ci-dessus dans le journal municipal de Nogent-sur-Seine.
Comme vous ne le savez peut-être pas mon expression libre en tant que conseiller municipal d’opposition est limitée à 1 000 caractères, espaces compris. Il faut faire court. C’est pourquoi j’apporte ici des précisions.
« Big other » (le Grand Autre), est une expression inventée par l’écrivain Jean Raspail, titre d’une longue préface rageuse d’une trentaine de pages, à l’occasion de la réédition en 2011, de son roman prophétique « le camp des saints ». Jugez plutôt: « Quand il y a une naissance dans ma famille, ou chez des amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’européenne et française incurie, et ce qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. »
« Le camp des saints » c’est l’histoire d’un  tsunami humain sur la plage varoise de Boulouris, qui arrivé sur d’antiques rafiots, va submerger l’Europe avec la complicité de dirigeants dépassés et de « prescripteurs d’opinions » traîtres à leurs peuples. Bertrand Poirot-Delpech, académicien français et chroniqueur au Monde, avait écrit dans ce quotidien le 7 janvier 1998 : « Relisez ce livre, paru il y a vingt ans. En nos temps de “flux migratoires” mal maîtrisés, l’anticipation impressionne par sa vraisemblance, par l’embarras qu’elle cerne, où elle nous laisse, en plan… L’inconscience des envahis et leur acquiescement à ce qui va les dissoudre. »  A l’heure de l' »Aquarius » et consorts, on y est presque. Marine a évoqué elle-même ce livre à l’occasion d’une récente interview.
« Big other » est une référence à « Big brother » du roman « 1984 » de Georges Orwell. Et c’est vrai que l’attitude de ces personnes, malheureusement souvent au pouvoir qu’il soit politique judiciaire ou médiatique, qui poussent l’amour de l’autre jusqu’à la haine de soi, a fait de notre pays une sorte de démocrature politiquement correcte, qui évoque irrésistiblement le roman d’Orwell : on maquille les faits ou on les occulte, on change les prénoms, on ré-écrit même l’histoire de France quand ils  ne vont pas dans le sens du politiquement correct, on persécute les opposants politiquement (dernier avatar vendredi dernier youtube [de sa propre initiative? oui, c’est tellement crédible !!!!! ] supprimait toutes les vidéos de TV libertés depuis sa création ), etc etc.. Oui, dans la France de  2018 « Big Other » est bel et bien au pouvoir.
En annexe du « camp des saints », Jean Raspail recense avec indication des pages, « un minimum de 87 motifs » pouvant donner lieu à poursuites judiciaires « si les lois Pleven, Gayssot, Lellouche et Perben II avaient un effet rétroactif, ce qui n’est pas le cas », précise-t-il, au sujet de ce roman paru en 1973. Le « camp des saints »,  est donc, pour l’instant, en libre diffusion : profitons-en pour le lire ou le relire.
Jean-Paul VINCKIER, Conseiller Municipal RN de Nogent-Sur-Seine.