Sélectionner une page

Dans la revue troyenne du mois de septembre 2018, Philippe ARBONA, conseiller municipal de Troyes, dénonce les ennuis quotidien des habitants à la suite de nombreux travaux… Voici ci-dessous son ressenti :

« C’est en septembre, quand les voiliers sont dévoilés et que la plage tremble sous l’ombre d’un automne débronzé. C’est en septembre que l’on vivra pour de vrai » C’est ce que dit la chanson mais la réalité est toute autre car là il est plutôt mort le poète …… Un mois d’août à Troyes illustré par les douze travaux d’Hercule. Non pas que Monsieur le Maire aille capturer les juments de Diomède ou dérober la ceinture d’Hippolyte mais des travaux d’envergure ou de moindre facture dans tous les coins et arrière coins de la ville. Les désagréments ressentis par les Troyens furent et sont encore nombreux. Mais je tiens le pari que tout sera terminé cette fois ci dans les temps pour qu’à l’aube de 2020 il n’en paraisse plus rien (date fatidique de la prochaine élection municipale). Avant votre désir de plébiscite, Monsieur le Maire, et sans « malice » je citerai bien volontiers La Fontaine à quelques mots près : « Votre goût a servi de règle à mon ouvrage, j’ai tenté les moyens d’acquérir « vos » suffrages, vous voulez qu’on évite un soin trop curieux, et des vains ornements l’effort ambitieux. » A moins qu’aux travaux d’Hercule vous ne préfèreriez les douze d’Astérix. Dans ce cas n’oubliez jamais que face à César il existera toujours un petit village qui « résistera encore et toujours à l’envahisseur »;